Quand les Guaranis Mbya sont arrivés au point le plus haut de la ville de São Paolo, en ce matin froid d’hiver de juillet 2021, cela faisait déjà des heures qu’ils marchaient. Partis au milieu de la nuit, les militants amérindiens avaient emprunté des chemins détournés pour atteindre le sommet du Pico do Jaraguá sans se faire attraper par la police. Aux premiers rayons du soleil, ils étaient des centaines au sommet de la mégalopole brésilienne, pour protester contre un projet de loi visant à réduire les territoires indiens et laisser la place à la spéculation immobilière. Après avoir marché à côté d’eux dans la nuit, Rafael Vilela photographie un homme qui brandit un drapeau en plastique noir. «J’adore le coté défiant de ce Xondaro (guerrier en langue Guarani) face à la ville qui lui a volé ses terres.»
São Paolo a été construite avec le travail de milliers de Guaranis, réduits en esclavage par les colons. «Ils ont eu un rôle crucial dans l’économie de la ville, en travaillant dans les plantations, dans le transport de marchandises et dans l’exploitation minière», explique le photographe. Mais la déforestation, l’urbanisme effréné, en plus de provoquer la pire crise de l'eau de ces 100 dernières années dans la ville, a drastiquement réduit les terres de ce peuple natif. Aujourd’hui, environ 700 Guaranis Mbya occupent l'une des rares poches restantes de nature autour de la ville. Cela constitue la plus petite terre autochtone délimitée du Brésil.
Le mode de vie des Mbya se base sur un modèle collectif en équilibre avec la nature. Ils pratiquent la restauration de la biodiversité dans les zones dégradées, la plantation de cultures traditionnelles, de nouvelles techniques écologiques pour les infrastructures des villages et la protection des rivières. Ainsi, ils aident à préserver le peu de nature qui reste autour de la mégalopole brésilienne. «Au lieu de les exclure, on devrait apprendre d’eux. Ils sont une ressource de connaissance essentielle dans la lutte écologique», affirme Vilela.
Le photographe raconte leur histoire depuis désormais trois ans. «Je souhaite montrer comment la philosophie, la culture et les traditions des Mbya offrent des voies alternatives d'existence et de résistance à un modèle de développement colonial.» Le «guerrier» qui défie en haut de la montagne la plus grande ville des Amériques, est un appel provocant à repenser les habitudes de consommation et le mode de vie occidentaux.

Martina Bacigalupo
Chaque lundi matin, recevez une photo choisie par la rédaction de 6Mois. Étonnante, frappante, parfois drôle, toujours prise par un·e photojournaliste qui vous raconte une histoire.

Découvrir les autres photos du lundi