Robin* est militante à temps plein. Ici, elle grimpe aux arbres à l’aide de harnais, l’un aux pieds et l’autre aux hanches. Elle s’apprête à construire une cabane à une vingtaine de mètres du sol, pour un nouvel arrivant de la Zad de la forêt de Hambach, dans l’ouest de l’Allemagne. «Le tree-sitting consiste à s’installer dans des arbres pour empêcher qu’on les coupe », raconte le photographe franco-allemand Daniel Chatard, qui a documenté le quotidien des activistes écologistes.
Campés au sommet des arbres, ces militants anti-charbon et pro-climat se sont battus pendant dix ans pour sauver cette forêt millénaire, de l’ouest de l’Allemagne, de l’expansion de la Rheinisch-Westfälisches Elektrizitätswerk (RWE). Le géant énergétique allemand, qui possède tous les sites miniers du bassin rhénan est le plus important émetteur de gaz à effet de serre d’Europe. Il a réduit la surface de la forêt de 4 200 hectares à 226 en trente ans. Chatard raconte l’histoire de la résistance à ce rouleau compresseur.
En suivant les militants, il a rencontré Robin, qui a vécu deux ans dans la forêt. L’intervention policière de 2018, où quatre mille policiers ont détruit les cabanes et expulsé les activistes, l’a obligée à quitter les lieux. La plus importante intervention policière dans l’histoire de la région de Rhénanie-du-Nord-Westphalie, avait duré trois semaines et coûté 30 millions d’euros. Mais Robin ne se décourage pas. Depuis, elle est installée à Lützerath, petit village de l’autre côté de la forêt, à 20 kilomètres, menacé de destruction par la même mine à ciel ouvert de RWE. Là aussi, les militants anti-charbon ont construit des cabanes au sommet des arbres. Ils tiennent depuis deux ans. Ils manifestaient samedi encore contre le projet, alors que la COP 27 est réunie en Égypte pour tenter de tenir la promesse mal partie de limiter à 1,5°C le réchauffement d’ici la fin du siècle, et que la pénurie de gaz russe fait craindre à l’Allemagne une pénurie d’électricité cet hiver.
Alors que ceux de Lützerath craignent l’expulsion, les militants de Hambach avaient gagné leur bataille : quelques mois après l’expulsion générale de 2018, le tribunal administratif supérieur de Münster a ordonné à RWE d’arrêter la coupe des arbres de Hambach, dernier refuge d’une vingtaine de spécimens d’une espèce de rares chauve-souris, les murins de Bechstein. La forêt ne sera pas rasée. Mais entre changement climatique et activité minière, son avenir reste incertain
* Le prénom a été modifié

Martina Bacigalupo avec Daniel Peyronel
Chaque lundi matin, recevez une photo choisie par la rédaction de 6Mois. Étonnante, frappante, parfois drôle, toujours prise par un·e photojournaliste qui vous raconte une histoire.

Découvrir les autres photos du lundi