Le 7 septembre 2021, le quartier d’el-Kalakla au sud de Khartoum, est inondé par une pluie torrentielle. Abdulmonam Eassa, est sur place. Installé dans la capitale soudanaise depuis huit mois, le photographe franco-syrien couvre la catastrophe. «J’ai passé la journée dans le quartier. Il y avait des maisons détruites partout, de la boue, des gens désespérés. À un moment, j’ai vu deux jeunes qui nageaient vers un arbre.» Les cimes d’un acacia géant semblent surgir du Nil. Les deux jeunes gens grimpent au sommet, puis l’un des deux se jette à l’eau. «Un moment de légèreté au milieu du désastre. J’ai voulu le photographier.»
Abdulmonam Eassa est malheureusement habitué à photographier les désastres. Né à Hamoria, dans la Ghouta orientale en Syrie, en 1995, il n’avait pas l’intention de faire ce métier. C’est pendant le siège de sa ville, entre 2013 et 2018, par les troupes de Bachar el-Assad, qu’il prend un appareil photo dans ses mains pour la première fois. Il ne le lâchera plus. Ses images qui documentent les horreurs quotidiennes subies par les civils de la campagne de Damas ont fait le tour du monde et ont été récompensées par le Visa d’or humanitaire du CICR en 2019.
Réfugié en France à partir de 2018, il couvre les Gilets jaunes pour l’AFP, puis, en 2021, s’installe au Soudan pour documenter le pays après la chute du régime dictatorial. Il s’intéresse très vite à la question de l’eau. Le pays est à la fois menacé de pénurie d’eau en raison de la construction du Grand barrage hydroélectrique de la Renaissance en Éthiopie, et touché par des inondations sans précédent. Celles de l’été 2022 ont fait environ 150 morts selon les chiffres officiels. L’état d’urgence a été déclaré, et le pays vit une grave crise économique, avec une inflation à 200% et un prix du pain multiplié par 10 en moins d’un an. Selon l’Onu, un Soudanais sur trois a besoin de l’aide humanitaire.
On ne sait pas ce qu’est devenu ce jeune homme, droit comme un I. Sous les yeux du photographe, il reste la trace de sa dignité.
 
Martina Bacigalupo
Chaque lundi matin, recevez une photo choisie par la rédaction de 6Mois. Étonnante, frappante, parfois drôle, toujours prise par un·e photojournaliste qui vous raconte une histoire.

Découvrir les autres photos du lundi